top of page

SAINT-KITTS & NEVIS : HISTOIRE DE LA DERNIERE INDEPENDANCE CARIBEENNE

Dernière mise à jour : 28 sept. 2020

Salut mes caribéens,


Ca fait un petit moment que je n'avais pas publié. Et à vrai dire, ça m'avait manqué !


Pas mal de chose se sont déroulés durant ce mois-ci, entre les élections générales à la Jamaïque, sur lesquelles nous reviendrons très bientôt ; la future République de Barbade, mais aussi quelques festivités dont le 37e anniversaire d'Indépendance de Saint-Kitts & Nevis.


A l'occasion de cette dernière qui s'est déroulée durant tous le mois de Septembre, je vous propose un petit article historique retraçant le processus d'Indépendance de la plus jeune nation caribéenne.


Embarquons à bord de notre Caribbean Delorean !





L'ETAT ASSOCIE DE SAINT-KITTS-NEVIS-ANGUILLA


19 septembre 1983, Kennedy Simmonds vient de prêter serment et devient officiellement le 1er Premier Ministre de la Fédération de Saint-Kitts & Nevis.


Mais remontons encore, un peu, en 1962. Le doux rêve d'une nation caribéenne prend fin avec l'échec de la Fédération des Indes Occidentales lorsque les deux grandes nations de la Fédération obtiennent leurs Indépendances : Trinidad & Tobago et la Jamaïque.

Quelques années plus tard, en 1966, la Barbade, l'autre grande puissance de l'ex-Fédération obtient sa souveraineté de la Couronne Britannique.


Ne reste plus que les Leewards Islands* et Windwards Islands* qui restent rattachées à la Couronne Britannique. Convaincu par cette volonté réciproque de cheminer vers une autonomie progressive, le Parlement britannique vote en 1967, le "West Indies Statehood Act", faisant de ces territoires des Etats associés.


L'objectif de cette évolution institutionnelle permettait de :


  1. Apporter une plus grande autonomie aux îles des Petites Antilles dans leurs gouvernances locale, tout en conservant la gestion des Affaires Etrangères et de Défense ;

  2. Permettre à chacun des territoires de pouvoir décider unilatéralement de sa situation vis à vis de la Couronne,

  3. Développer un nouveau système de Westminster basé sur un rejet d'une gouvernance coloniale des territoires d'Amérique ;




Tout comme la Fédération, le statut d'Etat associé ne convient pas aux leaders locaux qui souhaitent s'émanciper pleinement et définitivement de la tutelle de la Couronne britannique. Grenade devient indépendant en 1974, la Dominique en 1978, Sainte-Lucie et Saint-Vincent-et-les-Grenadines en 1979 enfin Antigua & Barbuda en 1980.



1967 - 1975 : LA CRISE D'ANGUILLA


Un autre événement important viendra chambouler la géopolitique britannique, mais surtout kittitienne : Le cas d'Anguilla.


Méconnue du grand public, l'île d'Anguilla est à l'origine d'un des grands scandales britanniques des années 1970.

Rattachée depuis 1952 à Saint-Kitts & Nevis, les problématiques anguillaises n'ont jamais été au cœur des préoccupations des gouvernements locaux de Saint-Kitts - Nevis - Anguilla.


Mené par son leader Ronald Webster et accompagné par une population lassée d'un tel mépris, la population expulse la police de Saint Kitts de l'ile, rédige sa propre Constitution puis proclame son indépendance après un référendum local, le 11 juillet 1967 ; bien évidemment non acceptée par le Gouvernement Britannique.


S'en suit une crise politique entre Anguilla et Saint-Kitts qui ne souhaite plus du tout que Basseterre (capitale de SKN) s'immisce dans les affaires anguillaises, la Grande-Bretagne servant de négociateur (ne voulant pas se mêler des affaires locales). L'expulsion du médiateur Britannique Whitlock mena à l'intervention directe en 1969 de la Royal Navy Army sur cette petite île de 91 km² (environ 1,5 fois plus petite que l'île de Marie-Galante).



L'intervention à Antigua a longtemps été raillé par la classe politique britannique qui l'a surnommée la Baie des Cochonnets

Une intervention longtemps considéré comme ridicule par la classe politique britannique, qui ne voyait pas l'intérêt d'une telle démonstration pour une si petite île. L'intervention s'est déroulé dans le calme et ne fit aucun blessé, si ce n'est des sifflets et des injures.


En 1976, Anguilla est autorisé à faire cession de Saint-Kitts-et-Nevis.


Mais ils devront attendre 1980, après de longues négociations et des investissements massifs dans les infrastructures et dans l'économie de l'île, pour que Anguilla, grâce à Anguilla 1980 Act acquiert son statut qui est encore vigueur à ce jour : Territoire britannique d'Outre-mer.



1975 - 1983 : VERS L'INDEPENDANCE ET NEGOCIATION AVEC NEVIS


La crise Anguillaise s'étant éloigné et étant devenu une préoccupation britannique, le gouvernement local de Saint-Kitts & Nevis entama les discussions en vue d'une indépendance à partir de 1975.

Au pouvoir depuis les élections générales de 1967, le Saint Kitts Nevis Labour Party (SKNP) domine la scène politique de l'archipel, à leurs tête Robert Bradshaw, qui sera érigé plus tard en héro de la Nation. Cependant, la gouvernance du SKNP ne suscite pas l'adhésion dans tous l'archipel, surtout sur l'île de Nevis qui a vu en Anguilla, un exemple certain pour son indépendance.



Robert Bradshaw, Premier de Saint-Kitts entre 1967 et 1978.
Ronald Webster, leader historique de Anguilla.




















En effet, une des deux circonscriptions néviciennes était acquise par le Nevis Reformation Party (NRP), un parti politique local souhaitant l'émergence et l'affirmation de Nevis dans les affaires du pays. Anguilla devenue référence, le NRP organise un référendum en 1977 où la population vota massivement en faveur de l'indépendance.


Refusant de laisser se reproduire un nouvel épisode Anguillais, le Royaume Unis fait pression sur le gouvernement de Bradshaw pour entamer des négociations. Toutefois, les élections générales de 1980 apporteront un vent de changement sur l'archipel. Le SKNP est défait par une coalition menée par Kennedy Simmonds de People Action Movement (PAM) et ... (surpriiiise) le NRP.


Les négociations aboutissent en avril 1983 à la création d'un groupe issus de ces partis en vue de la rédaction de la futur Constitution.


Si le statut de Fédération sera accepté, le NRP parvient à obtenir une autonomie relative de Nevis qui sera doté d'une Assemblée locale. Un point important est également mentionné : la possibilité pour Nevis d'organiser un référendum sur l'Indépendance de l'île. Ce démarche ne fut engagée seulement en 1998 où le non remporta.


Ainsi naquit le 19 septembre 1983, la Fédération de Saint-Kitts & Nevis qui reste à ce jour la dernière nation de la Caraïbe et des Amériques à obtenir son indépendance.


Kennedy Simmonds prêtant serment le 19 septembre 1983 à Basseterre



*Leewards Islands : Vision anglophone des Antilles englobant les îles situées entre les Îles Vierges et la Guadeloupe.

* Windward Islands : Îles situées entre la Guadeloupe et Trinidad & Tobago.

86 vues0 commentaire

Comments


bottom of page