top of page

RENCONTRE AVEC VANESSA CHARLES, UNE "SUPER FÉMINISTE" HAÏTIENNE

Dernière mise à jour : 19 août 2020

Salut les caribéens !


Comme vous le savez déjà, Passeport Caribéen est un projet visant à promouvoir la Caraïbe. On y parle de politique, de musique, bientôt de cuisine. Mais on veut également mettre en avant des caribéens qui s'investissent !


Aujourd'hui, direction Haïti, où nous ferons la rencontre de Vanessa CHARLES, une jeune femme « Potomitan »  comme on dit sous nos latitudes. Une femme active, convaincue du pouvoir de la sororité.


Marie-Paule BEAUROY-EUSTACHE : Qui est Vanessa Charles ?



Vanessa CHARLES : Haïtienne, 26 ans, co-fondatrice de Lev Elles Up Haïti.

J'ai étudié les sciences économiques à l'Université INUKA à Port-au-Prince. C'est là que j'ai fait la connaissance de Daniella BIEN-AIME avec qui j'ai travaillé sur le fameux concours entrepreneuriat HULT PRIZE, puis ensuite décidé de créer Lev'elle Up.



Danielle BIEN-AIME et Vanessa CHARLES, fondatrices de Lev'elles Up



MP BE : Justement parlons de Lev'elles Up ! Qu'est ce que Lev'elle Up et pourquoi avoir créé cette structure ?


V.C : LEV’ELLES UP est une Communauté fondée par des femmes haïtiennes, pour des femmes haïtiennes en 2018. C'est un espace, comme un terreau fertile, qui permet à chacune d’éclore et de prendre conscience de sa puissance à son rythme.


Haïti, à l'instar de nombreux pays, est fondé sur un système patriarcal puissant. J'ai souvent eu l'impression d'être marginalisé. Je m'explique, j'ai souvent eu l'impression que, nous Femmes, étions mise à l'écart des décisions dans certaines activités, que ça soit économiques, politiques et même dans la sphère familiale. Malheureusement c'est un constat fréquent chez les femmes haïtiennes.


C’est vraiment en constatant  le manque de considération et la sous représentation de la femme Haïtienne dans la sphère publique, dans les entreprises, que l’idée a germé.


Nous voulons valoriser la Femme haïtienne. Ou mieux, lui montrer son potentiel, qu'elle s'émancipe. Nous travaillons vraiment sur le "Women's Empowerment" (L'autonomisation des femmes).




MPBE : Quel est votre programme d'action ?


V.C : Un  beau programme en 3 dimensions : social, communautaire et entrepreneurial. Des formations, des conférences-débats et rencontres avec des femmes « accomplies ».


Ainsi, nous nous déplaçons dans les écoles et orphelinats pour former des jeunes filles sur le leadership et le développement personnel afin qu'elle prenne conscience des opportunités qu'elles ont.


Nous avons également organisé brunch et des meetups dans la région de Port-au-Prince.


Avec le confinement, nous avons du nous adapter, ainsi nous avons développé les #WOMENEMPOWERMENTLIVE sur Instagram avec des thématiques autour de développement personnel, mais aussi des stratégies marketing et business.



MPBE : En deux ans, quels sont les retours que vous avez pu avoir ?


Depuis 2018, le programme, qui est gratuit, a touché 200 jeunes filles.

Les retours sont positifs !


Les jeunes femmes bénéficiaires sont intéressées à faire bouger les choses, intéressées par le Leadership  et  engagées dans la vie de leur cité. J'ai été ébahie de voir comment les gens ont accueilli le projet. Enthousiastes ! Nous sommes soutenues de tous.tes !





Sébastien MARIE-CALIXTE : On sent que c'est un projet qui te tient à cœur et qui se développe petit à petit ! Est ce que vous avez pu nouer des partenariats ?


V.C : Depuis 2020, Lev'Elles Up a intégré le campus de start-up Banj, présidé par Marc-Alain BOUSSICAULT. Cela nous a permis, non seulement d'avoir un siège social, mais nous avons pu étendre notre réseau en échangeant avec les autres porteurs de projet haïtien.


Nous travaillons également sur des partenariats avec divers ONG qui nous permettront de proposer de nouvelles actions.


SMC : Quels sont vos objectifs à court et long terme ?


Comme je vous l'ai dit, on travaille surtout sur l'agglomération de Port-au-Prince, mais nous aimerions aussi nous implanter provinces, des Cayes jusqu'au Cap Haïtien. Objectif décentralisé.


Mais le principal objectif est de sensibiliser davantage de femmes que possible, surtout les adolescentes.


Ensuite, nous souhaitons échanger avec les autres associations qui œuvrent pour cette case dans la Caraïbe.


MPBE : Donc bientôt en Guadeloupe et en Martinique ? En Guadeloupe, nous avons Caribbean Boss Lady avec la détonante Axelle Kaulanjan


(rire) Pourquoi pas. C'est un but. Si des femmes de Guadeloupe ou Martinique souhaitent installer le réseau Lev'Elles Up, c'est avec un grand plaisir.


Lorsque nous avons commencé ce projet, nous étions entré en contact avec une organisation en France Hexagonale portant le même nom. Depuis, nous essayons de travailler ensemble.


MPBE : Difficile de ne pas inspirer quand on est soi-même inspirée.

Une ou des femmes qui t'inspirent ?


Oprah et Michelle sont des modèles de courage et de détermination.

En Haïti, il y a deux femmes qui m'inspirent beaucoup : Danielle MAGLOIRE, l'une des pionnières du féminisme en Haïti.


Danielle MAGLOIRE, militante féministe haïtienne


MPBE : C'est bientôt mon anniversaire et j'aurais vraiment aimé avoir le t-shirt "I don't get older, Just Level Up". Comment je fais ? Livraison Internationale ?


(rire) Malheureusement, ils ne sont plus disponibles, mais il reste quelques t-shirts et quelques mugs sur notre boutique sur le site web.


MPBE : Un petit mot pour la fin ?

En parlant de Michelle et d’Oprah… Avis aux femmes de ma génération : j’aimerais qu’on marque nos territoires. »


Enfin comment vous suivre ? Comment vous rejoindre :





480 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page